Dans la série « Je suis un mec bizarre mais je me soigne », en voilà un qui a pris au pied de la lettre le « je me soigne ». L’article date du mois d’Août – mais comme tout le monde avait les pieds dans l’eau à cette époque, je vous le pose délicatement sur le cortex – et rapporte qu’un impatient californien et sexagénaire de surcroit  – mais comment ne pas s’impatienter quand on a un âge qui commence par sex ? – se serait enfoncé un couteau à beurre dans la brioche sous prétexte qu’il en avait assez d’attendre qu’un vrai chirurgien, avec scalpel, masque vert et chaussons assortis, s’occupe de son hernie. Le type se serait même enfoncé une cigarette bien brûlante histoire de cautériser façon maison.

Les hommes sont formidables.

J’avais déjà été très impressionnée le jour où j’ai vu Daniel Auteuil en Ugolin se customiser le poitrail avec le ruban de Manon dans « Jean de Florette », mais là je suis carrément fascinée. L’inconscience physique serait-elle typiquement masculine ? Autre question : comment peut-on imaginer se débarrasser d’une hernie avec un couteau à beurre ?

Certains hommes sont vraiment des manches. Ils feraient n’importe quoi pour trouver une solution dans l’urgence, quand bien même cette solution les fasse passer pour des branques. Ugolin, lui, il avait un alibi : il était fou amoureux de Manon (en plus d’être un petit peu con). Mais le californien ? Rien ! Juste une grosse impatience. À moins que ce ne soit l’angoisse des maladies nosocomiales ? La peur de se retrouver avec une jambe coupée à la place ? La honte de se retrouver cul-nu vêtu d’un tablier en papier bleu layette avec des nœuds derrière ?

Jamais une femme n’aurait eu l’idée de s’opérer elle-même d’une hernie avec un couteau à beurre. Et ce pour les raisons suivantes :

- Les femmes n’aiment pas quand ça pique.

- Elles savent que l’hosto, c’est remboursé.

- Elles sont conscientes.

- Sérieusement, tu ne trouves pas ça un peu crétin de choisir un couteau à beurre ?

Non, non. Les femmes sont vraiment différentes des hommes.

(…)

Hum. Remarquez,  j’en connais bien une qui a arraché le câble de sa salle de bains, en talons sur l’escabeau, toutes lumières allumées, avec un couteau et mains nues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Bulk Email Sender