« De toute façon, tu n’as rien à craindre, je suis là. »

Décortique le message ma fille : « Je-suis-là-tu-n’as-rien-à-craindre ». Mieux que « Michelle-ma belle », « Tu n’as rien à craindre » et « Je suis là » sont des mots qui vont mais super-bien ensemble ! D’ailleurs, toutes les filles ont fantasmé, fantasment encore et fantasmeront toute leur vie de les entendre. Bizarrement, il doivent être prononcés exclusivement par un homme. Sinon, ça ne compte pas. Toutes les filles ont des armées de copines, de mamans et des sœurs qui leur ressassent à l’envi « Tu n’as rien à craindre, je suis là » en espérant avoir trouvé la formule magique. Mais elles s’en foutent, elles veulent entendre ça d’un bonhomme ! Ce qui contrarie beaucoup les copines, les mamans et les sœurs car elles ont l’impression de pisser dans un violon pour la simple raison qu’elles-mêmes disent ça parce qu’elles rêvent de se l’entendre dire à leur tour. Et comme on n’est jamais mieux servie que par soi-même…

Pour entendre ces mots féériques dits par un porteur de poils sur le torse, il faut se reporter sur des endroits où le danger est maitrisé par des spécialistes.

Le club de plongée fait partie de ce cartel. Qu’ils sont beaux ces plongeurs avec leur seconde peau qui nous donne l’impression qu’ils vont partir à la conquête d’un trésor de l’Atlantide ! Déjà, quand on avait cinq ans, on faisait joujou dans notre bain avec un petit plongeur en plastique qu’il fallait remonter à l’aide d’une molette. Il tournait les bras à 360° comme si c’étaient des ailes de moulin et nous on ricanait en le regardant faire du sur-place avec son petit tuba, son masque et sa combi coupée aux genoux. Parfois même, on le poussait par les fesses. Notre plongeur, il était entre Ken et GI Joe sauf que lui, il connaissait un monde qu’on ne connaissait pas : celui au-dessous du niveau du bain.

Plus tard, c’est le moniteur de ton club de plongée qui te fera découvrir ce qu’il se passe sous le niveau du bain. Au début, ton bain sera une grande piscine qu’on appelle une fosse. L’inconvénient, c’est que tu n’y croiseras ni ton canard jaune ni tes cubes en plastique ni ta bouteille pour te verser de l’eau sur la tête. L’avantage, c’est que tes nouveaux joujoux seront beaucoup plus rigolos : ce seront les autres plongeurs.

Pour le situer, le club de plongée c’est entre le monde de l’enfance et celui hostile où l’homme est un loup pour l’homme. Et ton moniteur, c’est le palier de décompression.

Pourquoi le club de plongée c’est du bonbon pour hypoglycémique en crise ?

1 – Parce que c’est physique. Imagine le moment où ton moniteur te passera les bras autour du gilet et que tu lui diras « Je crois qu’il faut serrer plus fort ».

2 – Parce que c’est plein d’hommes gentils qui vont t’apprendre à te faire confiance… à toi.

3 – Parce que c’est plein d’hommes gentils qui vont t’apprendre à leur faire confiance… à eux. Tu viendras même à penser « Les hommes tous, les mêmes ! Tous super ! »

4 – Parce que, pour des raisons de survie évidentes, les autres plongeuses ne seront pas tes rivales.

Les gibiers alentour

On pourrait même dire les gros poissons alentour. Mais bon, restons dans l’univers de la chasse qui, en l’occurrence, est sous-marine. Deux options s’offrent à toi si tu veux élargir ton cercle des connaissances dans le périmètre du club de plongée :

Option n°1 : à la piscine

Décortique avec moi, mon petit, le contenu d’une piscine. Qui qui flotte dans une piscine ?

- Les maîtres-nageurs : Toujours disposés à venir en aide à une baigneuse, les maîtres-nageurs sont là pour te porter secours. Par contre, dis-toi que tu n’es pas la seule sur la liste d’attente, puisque le mythe du maître-nageur n’est pas un mythe (je le sais, je suis tricard de plusieurs piscines). Par ailleurs, assure-toi qu’il sache encore nager avant de simuler une noyade : il n’est pas rare que le maître-nageur n’ait pas nagé depuis l’obtention de son brevet d’État.

- Le staff technique : Tu peux prétexter n’importe quoi (J’ai oublié mon maillot de bain dans ma cabine, vous voulez bien m’emmener ? Il y a une panne dans les douches, vous pouvez me tenir le tuyau ? La visite de la chaufferie samedi ? Génial ! Vous serez là ?) pour coincer le staff technique, il sera toujours OK. Il est tellement OK qu’on dirait que ça fait partie du job.

Option n°2 : à la mer

Observe avec Bibi ce que tu peux pêcher en mer :

En mer, à part les poissons, tes propres camarades de palanquée et peut-être l’indien qui vous préparera des salades tomates-concombres-oignons au retour, le moniteur de plongée est le seul maître à bord. Le gibier, c’est donc toi ! Et tu te plains ?!

Les grottes à ne pas manquer

Il y a tellement de centres de plongée que les recenser, je vous le dis tout de suite, ça va pas être possible ! Néanmoins, vous pouvez vous renseigner ici :

> La Fédération française d’études et de sports sous-marins : http://www.ffessm.fr/

> Les salons de la plongée. Il y en a plein, et partout dans le monde. De quoi faire des bubbles dans toutes les langues… Blblblbllll :

- Birmingham’s Dive Show. Les 22 et 23 octobre 2011 (Bravo ! C’est à  Birmingham !)
- LIDS (London International Dive Show). Du 31 mars au 1er avril 2012 (Oui ! C’est à Londres !)

Mais le plus proche de nos cuisses de grenouilles, c’est celui-là :

- Salon de la plongée de Paris, du 13 au 16 janvier 2012

Allez, il n’est pas trop tard pour s’inscrire ! À vos bouteilles et rapportez-moi un gros poisson !

One Response to Où sont les hommes ? Bah, dans les clubs de plongée !

  1. sev dit :

    c’est une bonne idée de draguer en plongée mais il ne faut pas oublier que dans une combinaison intégrale, on a l’air de rien !… rien de vraiment sexy en tout cas !!!

Répondre à sev Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Bulk Email Sender